Comité d’Orientation et de Suivi de FEVE-Guinée 2015 PDF Imprimer

Conakry le 20 juillet 2015

Pour favoriser l’ancrage du projet FEVE au niveau national, le projet FEVE a prévu dans chacun des 8 pays qu’il couvre, la mise en place d’un Comité d’Orientation et de Suivi (COS) qui réunit les acteurs du projet, les autres intervenants dans le domaine du VIH et les autorités de coordination au niveau national. Il se tient une fois par an et permet à la coordination du projet pays, de :i) partager les résultats obtenus, les acquis, difficultés et contraintes, et ii) valider les orientations stratégiques et les programmations opérationnelles, veiller à leur adéquation et leur intégration au plan stratégique national de lutte contre le VIH/sida et au plan national de développement sanitaire. C’est dans cet esprit que le comité d’orientation et de suivi du projet FEVE Guinée pour l’année 2015 s’est tenu le 30 juin 2015 dans la salle de conférence du secrétariat exécutif du CNLS, sous la présidence de Monsieur le Secrétaire Exécutif (également, membre du comité régional du dit projet) de l’institution.  Le comité a connu la participation du Chargé de Suivi Evaluation d’ENDA Santé, en mission de suivi en Guinée.

Ont prit part à la rencontre :

-        Le Secrétaire Exécutif et deux cadres du départements société civile et partenariat, de son institution ;

-        Un représentant de PSI

-        Le Directeur Exécutif du REGAP+ (Réseau des ONG des PVVIH) ;

-        Les Directeurs Préfectoraux de la Santé de Fria et Dubréka ;

-         Les bénéficiaires, représentants des groupes vulnérables : (l’Arc-en-ciel, amicale des sœurs et une PVVIH) ;

-        Le coordinateur Régional du SE CNLS de Boké ;

-        Une paire éducatrice du projet FEVE, membre de l’Amicale des Sœurs ;

-        Le Chargé du suivi évaluation et recherché de l’ONUSIDA ;

-        Le point  focal FEVE de Fria

-        La Chargée de plaidoyer de MSF/Belgique ;

-        L’équipe FEVE/Guinée

-        Les journalistes (Radio et télévision EVASION) qui ont assuré la couverture médiatique.

Soit au total 18 participants

Déroulement de la session

Phase préparatoire du comité

La Coordination pays a lors d’une réunion technique définit le contenu de l’activité et l’agenda. Un projet de lettre d’invitation a été soumis au secrétaire exécutif du CNLS qui a, au nom de son institution (partenaire du projet FEVE) invité les membres statutaires du comité.

 

Afin d’avoir toutes les  informations  sur le déroulement du projet, les résultats obtenus et de favoriser une lecture approfondie et une analyse critique avant le jour du comité, l’équipe de coordination a quant-à elle produit un memo actualisé sur le projet qui a été distribué aux participants 5 jours à l’avance.

 

La journée proprement dite:

Conformément au calendrier de la journée, plusieurs étapes ont marqué la session.

 

Cérémonie d’ouverture

D’abord le mot de bienvenue du  Directeur Exécutif de FMG qui a souhaité la bienvenue à l’ensemble des participants, puis ce fut l’allocution de Monsieur le Secrétaire Exécutif du CNLS. Il a dans son allocution mis un accent sur l’importance de la rencontre qui un moment solennel pour l’ensemble des acteurs présents d’avoir un regard critique sur la stratégie de mise en œuvre du projet FEVE Guinée, mais aussi de partager leur expérience sur les questions de populations clés et les questions transfrontalières dans le domaine du VIH. Avant de déclarer ouvert l’atelier, il a invité les acteurs présents, à penser à de pareils échanges dans leurs différents projets, car c’est un moyen sûr d’être en adéquation avec la politique nationale de lutte contre le VIH/sida et de rendre visible leurs interventions.

Un tour de table a sanctionné la cérémonie d’ouverture et, le Secrétaire Exécutif du CNLS, a confié la présidence à son Chef de  département société civile et partenariat.

 

Communication (des membres de la coordination du projet)

Les travaux proprement dits ont commencé par la présentation des axes d’intervention du projet par le médecin-coordonnateur du projet. Il a dans sa présentation situé le contexte et la justification du projet FEVE dans la sous région, et particulièrement en Guinée en s’appuyant sur les facteurs : vulnérabilité et frontières  qui sont des éléments à prendre en compte dans les programmes de santé et particulièrement de lutte contre le VIH. Il a ensuite mis le focus sur les partenaires techniques et financiers, les  zones de couverture et les populations bénéficiaires du paquet de service offert par le projet. Pour finir, il a dégagé les stratégies de mise en œuvre de chaque axe du projet.

 

Cette présentation a été suivie de débats fructueux. Les participants ont félicité l’équipe de coordination et les précisions qui ont caractérisées la présentation. Les questions ont porté sur :

-        le contenu du paquet « soutien psychosocial » cité parmi les axes du projet

-        les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre des activités FEVE

-        l’existence ou non de projets similaires en Afrique

-        la non-prise en compte d’autres frontières (Sierra Leone, Liberia, Côte d’ivoire et Mali) par le projet FEVE Guinée

-        la contribution des DPS dans le projet FEVE

La quasi-totalité des préoccupations étaient déjà prises en compte dans la  deuxième présentation.

Toute fois, les réponses suivantes ont été données.

A propos du soutien psychosocial tel que pratiqué dans le projet FEVE, il s’agit des groupes de support, des entretiens individuels au centre de santé ou à domicile,  d’accompagnement dans les services de référence et au cours des hospitalisations, etc...

Les difficultés rencontrées sont principalement liées à la caractéristique des groupes cibles (mobilité, stigmatisation, stéréotypes et préjugés), aux difficultés d’accès gratuitement aux préservatifs et lubrifiants, les distances qui séparent les lieux de diagnostic et au lieu de traitement antirétroviral, les contraintes liées à l’épidémie à virus Ebola qui a ralenti toutes les activités de masse ou de regroupement des bénéficiaires, l’accès aux médicaments et aux examens biologiques, etc.

Concernant la question de non prise en compte des autres (Sierra Leone, Liberia, Côte d’ivoire et Mali) frontières de la Guinée, il a été démontré que les ports de kamsar qui constituent des sites d’intervention de FEVE étaient des lieux de passage de plusieurs pécheurs nationalités différentes, notamment les léonais et les libériens mais aussi les guinéens de Bissau et sénégalais. La frontière Guinée-mali (Kouremalé) est un site d’intervention du projet FEVE-Mali. Du fait que les ressources mobilisées par FEVE ne pouvaient pas permettre d’intervenir sur toutes les frontières constituaient le principal obstacle pour l’équipe de FEVE Guinée

Concernant la contribution des DPS, les supervisions trimestrielles qu’elles organisent, l’implication de l’équipe de coordination du projet dans les comités techniques préfectoraux et régionaux de la santé étaient une valeur ajoutée non négligeable.

Le projet FEVE à lui seul couvre 8 pays de la CEDEAO, les projets corridor Abidjan-Lagos, Mano River union et PSAMAO étaient également des projets transfrontaliers qui en leur temps s’occupaient des populations vulnérables dans différents pays.

Après ce débat, une pause détente a été observée avant la deuxième présentation.

 

La deuxième communication a été présentée par le chef du projet et a portée sur le contexte, les  résultats, les  difficultés, les atouts, les défis et perspectives de FEVE Guinée. Il a présenté les résultats conformément aux axes d’interventions, les opportunités dans la mise en œuvre, ainsi que les difficultés et obstacles rencontrées. Parlant des difficultés/obstacles, l’avènement du virus à fièvre hémorragique Ebola a été un obstacle majeur, notamment pour les activités frontalières qui devraient impliquer d’autres pays ou qui nécessitaient des grands regroupements de personnes alors que l’Etat d’urgence sanitaire était décrété. La non-prise en compte de la gratuité du bilan d’inclusion des patients sous ARV, la crise économique de la zone de Fria,…

 

Les défis concernaient entre autres : la faible prise en compte des questions transfrontalières dans la lutte contre le VIH, l’implication effective des acteurs autour des questions des populations clés et le développement d’activités de réduction d’impact, notamment les AGR

 

Parlant des perspectives, la deuxième communication a mis l’accent sur l’évaluation du projet FEVE, prévue au mois d’août 2015, l’organisation de l’atelier de plaidoyer sur l’encadrement et la prise en charge des populations clés et les recommandations pour FEVE 3.

 

Suite à la présentation, les débats ont porté sur des questions et des suggestions. Les questions suivantes ont été posées :

-        Quel est l’apport du CNLS et du PNPCSP dans le budget de FMG quant on sait qu’actuellement FEVE  est le seul projet qui intervient non seulement sur les questions de populations clés et frontalières ?

-        Qu’est ce que FEVE est entrain d’élaborer et qui pourrait être  financé par le budget de la note conceptuelle ?

-        Quelle est la stratégie de FEVE dans la gestion de la coïnfection dans  les structures du projet ?

-        Pourquoi les examens biologiques sont toujours payants dans les services publics, en quoi consiste la négociation faite par FEVE pour réduire le prix des examens

Aucun autre partenaire en Guinée n’accorde un appui financier pour consolider le budget de FEVE. Toute fois, la participation du CNLDS au comité de pilotage, du PNPCSP dans les supervisons et l’intégration des donnée sanitaires du projet dans le système national d’information sanitaire améliorent la visibilité et la crédibilité des actions menées dans le cadre de FEVE.

Concernant les propositions que FEVE Guinée fera pour la mise en œuvre de la note conceptuelle, la contribution d’Enda santé dans l’élaboration des stratégies pour les populations clés a été démontrée. C’est pourquoi, toutes les bonnes pratiques de FEVE Guinée ont été proposées pour la mise en œuvre de la note conceptuelle sur le volet populations clés. Le Représentant de l’ONUSIDA informera les membres du comité que toutes les activités du projet FEVE à l’exception des AGR peuvent s’inscrire dans la note conceptuelle. FMG avec son recul sur les populations clés reste indispensable dans la mise en œuvre de la note conceptuelle. Il recommandera au CNLS de faire en sorte que les acteurs qui ont fait leur prévues sur un domaine de prestation soient recruter sur ce domaine.

Sur les stratégies que FEVE utilise dans la gestion de la coïnfection dans  les structures du projet, il a été expliqué l’interaction que FEVE  promeut avec les autres projets et programmes. FEVE interagit avec la Fondation Damien spécialisée dans la tuberculose au centre de santé de Hafia Minière. Dans les autres sites, FEVE Guinée a démontré au programme national de lutte contre la tuberculose les faiblesses qu’elle a constaté dans le dispositif de prise en charge de la tuberculose qui se trouve fragmenté entre les sites de dépistage (laboratoire) et les sites de traitement qui parfois se trouvent à distance allant de 5 à 25 km dans certaines préfectures. FMG sous le sigle de FEVE Guinée participe à toutes les réunions qui regroupent les programmes VIH et tuberculose au niveau national et local.

Le payement du bilan d’inclusion et des examens de suivi des PVVIH est une préoccupation partagée par les acteurs de la riposte. La politique de recouvrement des coûts qui est l’une des stratégies de soins de santé en Guinée laisse cette question sans réponse. C’est pourquoi le projet FEVE a proposé de soutenir substantiellement les PVVIH pour alléger cette charge en payant les frais liés aux examens ou en dotant certains laboratoires de réactifs. C’est ainsi qu’elle a négocié avec certains laboratoires des hôpitaux préfectoraux un tarif préférentiel pour les PVVIH. Il s’agit toute fois d’une mesure dont un projet ne peut se permettre, à une grande échelle.

Les suggestions suivantes ont été faites

MSF Belgique : Propose de poursuivre les plaidoyers et démarches auprès du  CNLS, de la direction nationale des établissements de soins hospitaliers et du PNPCSP pour que la gratuité des examens biologiques, du bilan d’inclusion, des intrants, des préservatifs et des lubrifiants soit effective. Le Fonds mondial pourrait accepter à certaines conditions la prise en charge des examens biologiques, pourvu que cela se fasse dans la transparence et au seul bénéfice des patients.

 

DPS Fria : Propose qu’à l’avenir, que  dans la présentation des résultats, fasse ressortir les prévisions par axes, ce qui permettrait d’apprécier le cadre de performance.

 

D’autres suggestions ont porté sur FEVE 3 qui selon le Représentant de l’ONUSIDA existe déjà dans la note conceptuelle surtout la partie qui concerne les populations clés. Pour lui, il suffit à FMG de se positionner et qu’elle soit responsabilisé pour ce volet.

Pour le volet transfrontalier, une extension géographique sur d’autres frontières notamment le Mali, la sierra Leone et la cote d’ivoire a été sollicitée par plusieurs participants.

Il a été également suggéré l’extension du paquet de services offert par FEVE sur la thématique santé sexuelle des adolescents, la santé reproductive des jeunes et des femmes en âge de procréer, la coïnfection VIH/TB/hépatite virale et le renforcement des activités de formation en faveur des associations de patients et groupes à risque.

La Capitalisation de l’expérience de FMG auprès des HSH et la promotion de la stratégie de médiation/accompagnement communautaire par les PVVIH sont les suggestions partagées au cours de la rencontre

 

Parole (témoignages) aux acteurs

L’honneur a été donné au Chargé de suivi évaluation d’ENDA Santé de s’exprimer sur les objectifs du COS, mais aussi sur les présentations et échanges qui en découlent. Il a dans son intervention remercié l’ONUSIDA pour son intervention et toutes les appréciations à l’égard de FEVE. Il a suggéré que les activités focalisées sur les populations clés  puissent être confiées à FMG compte tenu de la confiance que l’ONUSIDA même porte à la structure.

MSF-Belgique a remercié FMG et a invité les acteurs à réfléchir sur la gratuité du bilan d’inclusion

ONUSIDA, a remercié FEVE pour ce partage qui n’est pas souvent le cas dans les projets. Il a aussi exprimé son souhait de voir FMG porter le volet population clés dans la note conceptuelle.

PSI, après les félicitations à  l’égard de FMG suggère à ce qu’elle se prépare dans la production du document à soumettre pour la note conceptuelle lors de l’appel à candidature, car il est conscient que les questions de  populations clés demandent une expérience et des stratégies très adaptées que l’ONG dispose déjà.

 

Bénéficiaires (PS, HSH et PVVIH) ont témoigné leur satisfaction à l’égard du projet, qui est actuellement le seul à les apporter soutien et traitement. Ils ont souhaité toute fois que la question de la gratuité des préservatifs et lubrifiants soient  réglées. Le renforcement des interventions en direction des HSH et la poursuite des approches mobiles (clinique et campagnes) sont les autres suggestions faites

 

DPS de Fria, dira que FEVE est pour sa préfecture un projet qui enlève les épines sous les pieds, et fait d’eux des acteurs de riposte à part entière. Il est cependant important de poursuivre le renforcement des capacités institutionnelles car, les structures en ont besoin. Par exemple, les centre de santé de Fria et Sareboido n’avaient pas un local pour abriter une unité de laboratoire, FEVE a construit des laboratoires qui aujourd’hui servent toutes les populations de ces zones ; mais demeureront même après FEVE.

 

Au terme des débats sur les suggestions dans le cadre de FEVE 3, des informations sur le contexte actuel du VIH ont été partagées, notamment : le niveau de l’avancement des négociations de la note conceptuelle avec le Fonds Mondial et les recrutements des PR pour la note conceptuelle. PSI sera désormais le PR de la société civile et le CNLS pour le gouvernement.

 

Avant la clôture, des recommandations  ont été  formulées par les acteurs en direction du CNLS  et

PNPCSP et PSI à savoir :

-        La prise en compte de la coïnfection TB-VIH et son intégration dans le paquet des deux programmes afin de renforcer d’avantage la collaboration;

-        D’élargir à FMG le cadre de réflexion du CNLS et PSI sur les stratégies de mise en œuvre de la note conceptuelle et cela dans l’’intêret du pays ;

-        Mettre en place des cadres de réflexion sur la question du bilan d’inclusion. Voir Est une gratuité ? une subvention au cas par cas ?...

 

Clôture de la session

D’abord le Directeur Exécutif de FMG a remercié les participants pour la qualité des débats et l’attention soutenue qu’ils n’ont jamais cessé d’accorder au projet FEVE et à FMG

Ensuite l’honneur a été donné au Secrétaire Exécutif de CNLS  de prendre la parole. Il a dans son allocution invité les acteurs a démultiplier ces rencontres qui permettent d’analyser les stratégies d’intervention, leurs cohérences avec la politique nationale, mais surtout de partage d’expérience et de résultats. Avant de déclaré clos le comité à 15h30, il a souhaité un bon retour aux différents participants venus de l’intérieur du pays et un bon voyage au chargé de suivi évaluation d’ENDA Santé.

 

Annonces Google

Valid XHTML and CSS.