PDF Imprimer

Santé mentale, comme porte d’entrée à l’installation

 

d’un service de santé de première ligne

Initiative développée en Guinée par Fraternité Médicale Guinée (FMG)1

Comment un paquet spécifique de soins comme la santé mentale peut devenir une porte d’entrée pour un service de santé

polyvalent de première ligne ?

Abdoulaye SOW2

Nous sommes en 2002, une équipe médicale composée d’un psychiatre européen et des agents de santé polyvalents (médecins généralistes et infirmiers) guinéens initie un lieu de consultations médicales pour malades mentaux dans un village de moins de 1000 habitants. Le village « Moriady », se trouve à 12 km de la ville de Kindia, elle-même située à 135 km de Conakry, capitale de la République de Guinée.

 

Village connu dans la localité au travers de son hospitalité africaine. Sa population accepte volontiers de recevoir

des malades mentaux qui viennent à la rencontre de l’équipe médicale le premier dimanche de chaque mois.

L’initiative est de l’ONG Fraternité médicale Guinée, association de professionnels de santé créée par des

médecins généralistes dont la vocation principale est le développement de la santé communautaire.

Durant les trois ans (2002-2005), de médecine ambulatoire, l’équipe médicale accueille sous l’apatam et

dans une case, des consultations des malades (nouveaux et anciens cas). Parmi les nombreux patients qui

viennent, les malades mentaux (psychotiques et déprimés), des épileptiques mais aussi ceux souffrant des

pathologies aigues (paludisme, infections respiratoires aigues, etc.…). Le nombre de patients croie à

chaque séance, une dynamique communautaire s’installe durant des longues journées de consultations avec

des échanges entre patients et accompagnateurs, équipe médicale et patients, habitants du village et équipe

médicale et patients-patients. Au fil du temps, les relations entre l’équipe médicale et les habitants du

village se consolident et les demandes de ces derniers s’expriment de plus en plus. L’une des volontés des

habitants du village est de bénéficier des soins de santé primaires pour toutes les catégories de patients dans

un centre de santé polyvalent avec une équipe permanente. L’installation d’un centre de santé associatif qui

verrait la participation accrue de la communauté est acceptée par les deux parties : le personnel de santé et

les habitants du village. Pour y arriver, une évaluation du déjà fait et une étude du milieu pour approfondir

les connaissances sont engagées. Au terme de ce processus d’apprentissage social marqué par des

rencontres périodiques entre les habitants du village et l’équipe médicale, le dialogue avec les familles et

les associations locales, l’implication des sages du village et les autorités sanitaires de la ville de Kindia, la

construction et l’équipement d’un centre de santé polyvalent sont retenues.

Deux partenaires s’engagent: l’ONG Fraternité Médicale Guinée représentée par l’équipe de soins d’une

part et les habitants du village d’autre part. Le niveau de participation de chaque partie est défini.

Pour les habitants du village: la mise à disposition d’une parcelle de terrain, l’apport des agrégats pour la

construction et la main d’oeuvre locale.

1 ONG médicale de droit guinéen, créée par des médecins généralistes en 1994.

2 Médecin généraliste et de santé publique, Directeur de Fraternité médicale Guinée

Pour FMG: la mobilisation des ressources pour la construction et l’équipement, le suivi des travaux de

construction, l’apport d’un stock de médicament et la mise à disposition des ressources humaines par le

recrutement, la formation et l’encadrement.

Pour les deux parties : la recherche des autorisations auprès des autorités du département en charge de la

santé et la mobilisation sociale des populations autour du projet.

En 2006, les engagements sont respectés de part et d’autres, un terrain de 3 hectares est identifié et mis à

disposition, des moyens financiers sont mobilisés au travers des fonds des partenaires au développement,

des ressources propres de FMG et celles des donateurs privés.

Les habitants du village préparent le terrain et apportent les agrégats. Le matériel de construction est

mobilisé par FMG et les travaux durent 4 mois (mars-juin 2006). Le centre de santé est inauguré le 26 juin

2006 devant une population en liesse, des agents de santé heureux d’avoir accomplis un engagement et des

autorités locales satisfaites de la présence d’une nouvelle formation sanitaire dans le district.

Bien que le dispositif ambulatoire garde son identité initiale, c'est-à-dire la prise en charge des malades

mentaux, le nouveau centre de santé s’occupe désormais de tous les problèmes de santé des habitants du

village et de ceux des villages avoisinants.

Devant cette dynamique communautaire, se développent aujourd’hui autour du centre de santé plusieurs

initiatives, notamment la construction d’un four à pains par FMG afin de réduire la distance pour les

habitants du village qui parcourent des kilomètres pour trouver chaque matin leurs petits déjeuner, la

constitution de deux groupements agricoles qui produisent des fruits et légumes dans les bas-fonds comme

source de revenu et la création de l’association des jeunes du village qui font la promotion des actions de

santé. Les deux groupements sont soutenus par l’équipe du chef du centre de santé en facilitant la mise en

relation avec les institutions spécialisées et la subvention des intrants et matériels de travail.

Hier, sur un modèle ambulatoire d’offre d’un paquet spécifique de soins, aujourd’hui, le village de Moriady

dispose de :

1. Un centre de santé associatif qui fonctionne 24h/24 et qui offre des soins globaux, continus et intégrés.

Il s’agit des consultations médicales (enfants et adultes), les accouchements, les examens de laboratoire,

les soins divers dont ceux dédiés aux personnes vivant avec le VIH/Sida. La vaccination des femmes

enceinte et des enfants de moins de 5 ans, le dépistage du VIH sont entre autres les activités

préventives. Le personnel fait également des visites à domicile et réalise les activités d’éducation pour

la santé auprès des jeunes, des femmes et des hommes. Le centre de santé fonctionne avec un médecin,

deux infirmiers et un laborantin. Ce personnel en plus des activités d’un centre de santé standard, offre

des soins aux malades mentaux et épileptiques suivant une approche ambulatoire qui privilégie la

participation de la famille à la prise en charge du patient. Cette prise en charge intègre des aspects

curatifs, préventifs, promotionnels et de réhabilitation.

2. Un atelier de réhabilitation des malades mentaux et des enfants souffrant d’handicaps mentaux pour

leur réinsertion familiale communautaire et professionnelle

3. Un four à pains

4. Deux groupements agricoles pour favoriser la promotion et la mise en oeuvre des activités génératrices

de revenu en faveur des femmes,

5. Un espace de démonstration qui s’appui sur le médical, la dynamique communautaire, la réhabilitation

des malades améliorés et la mise en réseau des acteurs, et,

6. Dans les prochains mois un projet de compostage à l’école primaire du village avec la participation des

élèves et un jardin botanique avec l’appui de l’équipe du centre de santé

L’expérience du centre de santé de Moriady montre qu’un programme vertical peut être un moteur à la

mise en place d’une structure horizontale qui prend en charge tous les problèmes de santé d’une

communauté. La participation développée dans le dispositif, les types de soins offerts (globaux, continus et

intégrés) et la dynamique communautaire en évolution sont les valeurs reconnues dans le développement

des services de santé de première ligne.

Référence

A.SOW et All (2011) : Modèle de soins aux malades mentaux en milieu rural africain. « Cas du village

thérapeutique de Moriady ». Expérience dune organisation non gouvernementale (Fraternité Médicale

Guinée) en Guinée (page 179-189). Revue haïtienne de santé mentale

 

Annonces Google

Valid XHTML and CSS.