Accueil / Actualités / Participation de FMG à la Revue du plan de rattrapage pour l’accélération et le maintien de la réponse au VIH

Participation de FMG à la Revue du plan de rattrapage pour l’accélération et le maintien de la réponse au VIH

Du 28 mai au 03 Juin 2019, le CNLS a organisé dans la ville (Kindia) des agrumes la Revue de la mise en œuvre du plan de rattrapage pour accélérer et maintenir la réponse au VIH en République de Guinée pour la période 2017-2018 et l’élaboration d’un nouveau plan d’accélération 2019-2020.

L’implication de FMG dans les activités de lutte contre le sida et sa capacité de réflexion, de documentation et de renseignement des données sont les raisons de sa participation aux yeux des organisateurs.

Pour rappel, en 2017, les chefs d’états de l’Union Africaine ont décidé que leurs pays respectifs allaient s’engager dans un mouvement d’accélération pour atteindre les cibles des trois 90 d’ici 2020 afin de combler le gap entre la couverture actuelle et la couverture idéale. En application de cette décision, la rencontre de Kindia a  été organisée.

L’objectif était en plus de la revue, d’élaborer un plan d’intervention 2019-2020 qui permette de lever les obstacles qui empêchent d’obtenir les résultats escomptés en termes de réduction des nouvelles infections, des décès liés au VIH et la lutte contre la stigmatisation et la discrimination.

L’atelier a été a connu la participation des principaux acteurs impliqués dans la riposte nationale au VIH, notamment ONUSIDA, PNLSH, MSF-B, FMG, REGAP+, ARC EN CIEL et FMG.

FMG a été représentée à cette rencontre par le responsable de Suivi-évaluation du projet FEVE, qui pour rappel, est implémenté dans 6 sites en Guinée : Conakry, Tanéné, Fria, Kamsar,  Saréboido et Siguiri et mène entre autres des activités de prévention, de traitement des IST/VIH et une offre de prise en charge psychosociale des populations clés

Durant l’atelier FEVE a présenté les résultats de son implication dans le renseignement des indicateurs nationaux du plan de rattrapage 2017-2018. Dans ce plan, sur les 4266 PS, 774 HSH et 1500 prisonniers à dépister, la contribution du projet a été de 1356 PS soit 32% ; 42 HSH soit 18% et 231 prisonniers soit 15%.

En plus de ces résultats quantitatifs, FEVE a utilisé plusieurs approches et canaux d’intervention. C’est le cas par exemple de la clinique mobile dans les sites du commerce du sexe, les axes routiers et les grandes agglomérations des zones minières.

Toutefois, malgré ces stratégies et résultats, les défis restent élevés au niveau national pour l’atteinte des objectifs du développement durable relatifs à l’élimination du VIH à l’horizon 2030. Nous pensons que ces défis ne pourront être relevés qu’en renforçant la coordination des interventions entre les acteurs engagés dans la lutte mais aussi en améliorant les ressources allouées à la riposte contre la pandémie

Conakry, le 12 juin 2019

Daouda Souaré, responsable de

Suivi-évaluation du Projet FEVE

ça pourrait vous intéresser

Collaboration entre tradipraticiens et agents de santé pour une meilleure santé mentale : Quel chemin et comment s’y prendre?

  De tout temps et dans plusieurs contextes, les guérisseurs traditionnels ont été à l’avant-garde ...