Accueil / Actualités / SOS pour une patiente en détresse

SOS pour une patiente en détresse

 Mme Fatim vit à Sabouyah, un petit district à l’entrée de la ville de Kindia, est menacée de déguerpissement. Au secours….

En mission à Kindia du 09 au 11 octobre 2019, le Chargé de Documentation / Capitalisation a effectué une visite à domicile auprès de Fatim, en compagnie de l’Agent Communautaire de Santé et le Suppléant du chef du Centre de santé associatif (CSA) de Moriady. Fatim est une patiente suivie par FMG depuis plusieures années pour trouble mental. Elle a des antécédents de traumatisme suite aux faits tristement vécus en Sierra Leone lors de la rébellion. Rentrée en Guinée, particulièrement à Kindia, mal habillée avec des ballots de haillons, sans famille d’accueil, elle déambule dans les rue, dormant au dehors dans des abris précaires au marché et totalement exposée aux intempéries et aux exactions multiples.

C’est dans cette situation que le personnel du CSA de Moriady au travers un projet de FMG et les autorités locales et sages du village après entretiens ont accepté de donner un abri de protection à Fatim avec les engagements suivants : (1) Les autorités locales octroient une parcelle pour l’installation du logis à Fatim; (2) FMG prend en charge la construction d’un conteneur en préfabriqué pour servir de logis et (3) le personnel du CSA de Moriady, s’engage à la prise en charge médicale et au soutien psychosociale de de la patiente

Pour bien conduire cet accompagnement, les parties prenantes ont effectué des sensibilisations de proximité qui ont permis l’implication de la communauté et le soutien de la démarche.

Durant une longue période, le tout marche bien avec la dextérité de l’Agent Communautaire de santé qui apporte à la fois médicaments, nourriture (pour le petit déjeuner et le repas du soir) et assure un suivi de proximité, ce qui favorise l’amélioration de sa santé.

Le 10 octobre 2019, en mission à Kindia, nous observons que le containeur « logis de Fatim » est marquée d’une croix bleue qui signifie qu’on doit le dégager en cet endroit pour l’élargissement de la route. Ce qui signifie que Fatim et son logis doivent quitter en ces lieux au profit de la voie urbaine en extension.

Qu’est ce qui risque d’arriver si l’on n’anticipe pas des pistes de solutions ? Ce sont tous les services ainsi effectués, tout le soutien psychosocial et l’accompagnement de la patiente (visites à domicile tous les jours) pour aboutir aux résultats actuels qui risquent d’être impactés. Et pourtant même dans la politique nationale de protection sociale validée en Décembre 2016, on cite à l’avant-propos en sa page 8 :

Le droit de tout citoyen à la protection de l’État est inscrit dans la Constitution de la République de Guinée : « L’État doit promouvoir le bien-être des citoyens, protéger et défendre les droits de la personne humaine et les défenseurs des droits humains… ». La protection sociale est donc un droit qui concrétise le pacte social entre l’État et le citoyen, et renforce la cohésion nationale grâce à des mesures inclusives inspirées de la solidarité et de l’équité sociale.

Nous lançons à cet effet un SOS pour veiller à cette nouvelle situation (déguerpissement) de Fatim pour ne pas qu’elle rechute dans l’ancienne maladie et se retourne dans la rue sans soutien.

 

 

Thierno Hady Bah chargé de la Documentation /capitalisation et

Suivi-évaluation Projet FMG Memisa

ça pourrait vous intéresser

Cadre Stratégique de Concertation des organisations de la société civile guinéenne : Une innovation de la DGD pour soutenir les synergies entre les bénéficiaires de son financement en Guinée

Dans la cadre de la coopération bilatérale entre la Belgique et la Guinée, les Acteurs ...