Accueil / Actualités / Comment maintenir les acquis dans la lutte contre le VIH en période de pandémie de coronavirus

Comment maintenir les acquis dans la lutte contre le VIH en période de pandémie de coronavirus

Le monde entier est frappé par la pandémie du Coronavirus que certains éditorialistes qualifient de« guerre mondiale sans précédent ». Depuis l’apparition du premier cas en Chine dans l’état de Wuhan au mois de décembre 2019, la propagation de la maladie a pris une tournure inquiétante dans plusieurs pays et mettant en défis tous mécanismes et stratégies déployés pour la circonscrire.

Le 30 Janvier 2020, le Directeur de l’OMS a qualifié la maladie d’urgence de santé publique de portée internationale en vertu du Règlement Sanitaire International (RSI 2005) et le 11 Mars 2020, comme une pandémie.

Selon le Centre Européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) au 3 Mai 2020, il y avait3 388 665 cas de COVID-19 confirmés à travers le monde avec 243 312 décès et heureusement, plusieurs milliers de cas guéris.

En Guinée selon l’infographie de l’ANSS du 03 Mai 2020, le pays a enregistré un total de 1650 cas confirmés avec 7 décès. Ces chiffres sont dynamiques et varient tous les jours en hausse, en Guinée.

Face à cette situation, les institutions internationales, les autorités à tous les niveaux des Etats touchés ainsi que les organisations de la société civile ont tous réorienté leur priorité dans la lutte contre cette pandémie. D’importantes mesures ont été prises en vue de maitriser l’évolution de la maladie. Parmi elles, la fermeture des frontières,  le confinement des populations, l’interdiction de regroupement de personnes et le respect des règles barrières. Si ces mesures sont entrain de porter fruits à certains endroits, force est de reconnaitre qu’elles engendrent des risques et effets collatéraux également. En particulier, dans le domaine du VIH où mon institution intervient et suis-je en premier plan.

Si des progrès significatifs ont été observés ces dernières décennies dans la riposte au VIH/sida, c’est grâce au travail multisectoriel, multi-acteur, multi-compétences et multi-bailleurs, bien coordonné..Parmi les stratégies novatrices qui ont démontré leurs preuves, figurent l’intégration et l’implication des groupes vulnérables dans la planification et la mise en œuvre des activités de riposte contre le VIH. C’est pourquoi l’application  des mesures édictées dans la lutte contre le Coronavirus pourrait avoir une incidence majeure dans le fonctionnement du système de santé en général et en particulier, les programmes de lutte contre la maladie (tuberculose, VIH, paludisme, etc…).Dans le contexte actuel de la pandémie, ces groupes vulnérables et à risque ne bénéficient plus d’activités de sensibilisation, des soins et même d’accompagnement social, entrainant  une baisse de la fréquentation, de la référence vers les structures de santé et de facto  du dépistage et le traitement des infections sexuellement transmissibles (IST). A ces difficultés d’accès  s’ajoute la complexité liée à la gestion de la confidentialité dans la prise en charge des PVVIH. Les patients sous ARV sont obligés de s’enregistrer dans des  structures qui ne relèvent pas administrativement de leurs lieux de résidence, créant des soucis pour ceux qui viennent de l’intérieur du pays mais suivis à Conakry.

Devant cette situation exceptionnelle, il est du devoir des institutions en charge de la riposte contre le VIH et les organisations de la société civile de relever les défis. Des stratégies adaptées au contexte actuel  doivent être définies et appliquées afin de minimiser les risques de rupture de soins, des rechutes, de développement des résistances et la perte de confiance des patients au système de santé.  Et pour y parvenir, chaque acteur doit y travailler.

Daouda SOUARE

Responsable suivi & évaluation du projet FEVE

ça pourrait vous intéresser

CORONAVIRUS (COVID – 19) Quand la Panique s’empare, la Chloroquine jadis disparu refait surface

30 Mars 2020 En République de Guinée, dans les années 2005 la chloroquine a été ...