Accueil / Actualités / Le handicap Mental n’est pas une fatalité ! Une femme psychotique prise en charge au CS de Thianguel Bory est guérie et, en voie de réinsertion sociale !

Le handicap Mental n’est pas une fatalité ! Une femme psychotique prise en charge au CS de Thianguel Bory est guérie et, en voie de réinsertion sociale !

Article N°3 : Janvier 2021

 

L’expérience de l’introduction de la santé mentale au niveau des 10 centres de santé partenaires porte ses fruits. Beaucoup de malades mentaux sont actuellement guéris et entament le chemin de la réinsertion sociale. Cette réinsertion socio économique est devenue une activité à part entière pour les Agents de Santé Communautaires dans le processus du suivi des malades.

En Moyenne Guinée, dans le district sanitaire de Lélouma, au niveau du centre de santé de Thianguel Bori qui depuis l’année 2017 a bénéficié de l’introduction d’une offre de soins en santé mentale (suite à une étude recherche / action par le Projet FMG – MEMISA).  Plusieurs malades mentaux venant de toutes les contrées proches et surtout éloignées à savoir : de Gaoual, de Kakouny, Koumbia, Kounsitel, et autres, y sont admis et bénéficient d’une prise en charge correcte et continue.

C’est le cas de kadyia du village de Darou (distant de 30 Kms du centre de la Commune Rurale de Thianguel Bory), admise aux soins de santé moderne, le 16 juin 2020. Elle est diagnostiquée « psychotique » avec un état de fatigue avancé, suite à un enchaînement et enfermement, seule dans une chambre depuis 6 ans à cause de son agressivité, sa violence, et l’éloignement de la concession familiale.

Arrivée au CS, le Dr Bangoura la détache des chaines, lui offre les consultations nécessaires avec une grande attention : il écoute les parents qui accusent la malade de tous les tords qu’elle commet, …écoute de la malade qui contredit les parents et les accuse de ne pas avoir pitié d’elle avec tout le traitement inhumain qu’elle subit en famille. Dr Bangoura sans donner raison ni aux parents, ni à la patiente, s’attaque plutôt au mal qu’il a diagnostiqué : la psychose sévère dont souffre réellement sa patiente Kadiya. !

Avant d’arriver au Centre de santé, le mari de Kadiya, un brave homme affirme avoir consulté plusieurs guérisseurs traditionnels avec utilisation de beaucoup de ressources (argent, biens précieux, poulets et chèvres donné en sacrifice pour les diables qui envoutent sa femme selon les guérisseurs) hélas tout cela durant les six (6) ans de captivité sans résultats.

Ne s’étant pas découragé, il fait face à la médecine moderne suite aux indications d’une famille amie qui lui fait de part de l’existence du centre de traitement de la santé mentale dirigé par Dr Bangoura, Chef Centre.

Après six mois de prise en charge médicale et psychosociale voilà notre sœur Kadiya qui Guérie, et en pleine forme pour une insertion socioprofessionnelle. Ce n’est pas un miracle chers lecteurs, c’est plutôt une aventure de longue haleine qui finalement a réussie avec l’effort des personnels de santé, l’agent de santé communautaire et les parents de Kadiyaqui en interaction et le respect des consignes ont joués chacun son rôle.

Points positifs :

  • Le Chef du centre a assuré les soins de la patiente et a maintenu un contact régulier avec la famille de Kadiya, surtout le son Mari (Appels téléphoniques réguliers) ;
  • L’Agent de Santé Communautaire a souvent rendu visite à Kadiya en personne en effectuant des visites à domicile non programmées pour s’enquérir des conditions de vie de la patiente et des visites programmées pour évaluer avec les parents l’état d’avancement de la santé de la patiente.
  • La famille de Kadiya a accepté les consignes de Dr Bangoura, détacher la patiente, lui donner régulièrement les médicaments recommandés pour la rechute bural.

Le Mari de Kadiya, homme remarquable et exemplaire au Fouta Djalon lui accorde un soutien moral et la surveillance quotidienne tout au long de la crise, voilà qui a aidée à la guérison de sa femme.

Les signes d’amélioration de l’état sanitaire :

  • Actuellement, Kadiya (sur la photo de droite)s’est améliorée elle respecte les horaires réguliers du coucher et du lever, elle passe suffisamment du temps avec les membres de la famille et des amis de confiance et participe à la vie communautaire et à d’autres activités sociales.

Au courant du mois de Décembre 2020, lors de l’Assemblée constitutive de l’Association des Amis et Parents des Malades Mentaux de la Commune Rurale de Thianguel – Bory (sur la photo en bas), Kadiya a participé à la table ronde « accompagnée de son Mari par invitation du projet avec l’appui de Dr Bangoura et de l’Agent de santé communautaire.

Lors de la Table ronde « Santé Mentale et Vulnérabilité » organisée à Labé par le Projet FMG – MEMISA – UE, Kadiya participante a fait le témoignage de son parcours de malade guérie avec l’appui des parents et des Agents de santé de Thianguel – Bory.

Par Mr BAH Thierno Hady, Chargé de Suivi – évaluation Projet FMG – MEMISA

 

 

ça pourrait vous intéresser

LA PREMIERE PROMOTION CARTOLOCS DE GUINEE ET LA REALISATION DE LA PREMIERE ETUDE CARTOGRAPHIE ET ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS CLES A KINDIA.

Du 11 au 27 décembre 2020, s’est réalisé  la formation des acteurs terrains et l’étude ...