Accueil / Actualités / CORONAVIRUS (COVID – 19) Quand la Panique s’empare, la Chloroquine jadis disparu refait surface

CORONAVIRUS (COVID – 19) Quand la Panique s’empare, la Chloroquine jadis disparu refait surface

30 Mars 2020

En République de Guinée, dans les années 2005 la chloroquine a été retirée du système de santé comme traitement du paludisme et remplacé par la combinaison thérapeutique. Même si la chloroquine est indiquée pour le traitement d’autres pathologies, certains prestataires avaient commencé à l’oublier. Pourtant, l’évènement de la pandémie : coronavirus met à jour sa disponibilité dans plusieurs pharmacies et largement au marché noir. Hier soir, j’ai été appelé par un cousin qui habite la ville de Boké pour me demander de l’aider à avoir 5 plaquettes pour ses enfants, par ce qu’il n’a pu en trouver dans cette grande ville. Une plaquette de 10 comprimés qui coutait 2000 GNF il y a une semaine se vendait à Boké à 12 000 -15000 GNF, exceptionnellement si on en trouve.

Mon cousin m’a dit qu’il doit à titre préventif donner 1 comprimé/jour à ses enfants. Ensuite, il m’a dit que plusieurs familles ont déjà mis une telle mesure en place et que l’information passe grâce aux réseaux sociaux et la téléphonie.

Même s’il y a un battage médiatique actuellement sur l’efficacité de Hydroxy chloroquine dans le traitement du COVID-19, l’évidence irréfutable n’est pas encore obtenue, comme en témoigne l’article ci-joint.

En tant que médecins de première ligne de notre système de santé, vous avez le devoir de donner des bonnes informations à vos patients et à vos populations de responsabilité. La chloroquine ne prévient pas le coronavirus, même s’il le traite, c’est aux spécialistes d’en décider du comment et du quand ?

Vous connaissez bien les effets secondaires de la chloroquine même lorsqu’elle était efficace contre le paludisme. Soyez le véhicule des bons messages en direction de la population qui semble paniqué depuis l’interdiction d’accès aux lieux de culte (mosquées et aux églises).

N’oubliez pas non plus votre cours de pharmaco à la fac dans lequel on nous disait « que la dose mortelle de chloroquine n’est pas terriblement plus élevée qu’une dose curative »

Si vous avez des informations sur la perception et les attitudes des communautés (dans vos sites d’intervention) sur l’utilisation de la chloroquine comme moyens de prévention du coronavirus, nous vous encourageons de les partager. Nous  sur votre vigilance et vos retours au quotidien.

 

Dr Abdoulaye SOW, Directeur Exécutif, Fraternité Médicale Guinée

ça pourrait vous intéresser

Appel à Candidatures

  Contexte Fraternité Médicale Guinée (FMG), ONG d’assistance médico-sociale, N°: 3494 MIS/CAB/ DNAP/95 a pour ...