Accueil / Actualités / CORONAVIRUS (COVID – 19) en Guinée A Fraternité Médicale Guinée (FMG) la grande priorité est accordée à l’Education – Information et Communication pratique pour le bien-être du personnel et des bénéficiaires.

CORONAVIRUS (COVID – 19) en Guinée A Fraternité Médicale Guinée (FMG) la grande priorité est accordée à l’Education – Information et Communication pratique pour le bien-être du personnel et des bénéficiaires.

26 Mars26 Mars 2020

Le Coronavirus (COVID – 19) a été déclaré par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) comme une PANDEMIE MONDIALE, à la suite de sa grande propagation à travers le monde (devenu village planétaire) et des décès très regrettables qu’occasionne la maladie. En Guinée, à l’image des autres Organisations de la Société Civile, FMG réserve ses pensées et ses prières à toutes les familles éplorées et/ou affectées par la perte d’un ou des parents très chers, elle adresse ses sincères souhaits aux personnes infectées pour leur prompt rétablissement.

A Fraternité Médicale Guinée, la situation mondiale est suivie de près, des dispositions idoines sont prises pour en informer son personnel, ses partenaires et l’ensemble de ses bénéficiaires.

La première disposition est tout d’abord la protection des travailleurs et pour cela seules les mesures de prévention sont à ce stade efficaces. Il s’agit du respect des barrières de transmission en adoptant : (1) la distance entre individus et (2) l’hygiène de la toux et des sécrétions respiratoires.  Nous conseillons : de garder une distance de 1-1,5 m avec les autres, le lavage des mains au savon pendant 20-30 secondes à tout moment (surtout après contact), toussez dans un mouchoir ou dans le coude. Le port de masques/bavettes chirurgicales est très utile pour le personnel médical et bien conseillé pour les autres.

Chaque service est prié de prendre toutes les dispositions utiles pour protéger le personnel : achat de solutions hydro-alcooliques et du chlore, installations des points de lavage des mains avec du savon, achat de bavettes, bonne installation des patients dans les salles d’attente, contrôle de température systématique à la rentrée des centres de santé. Surtout, pas de panique, mais chacun doit protéger ses collègues et sa famille.

La seconde disposition concerne le fonctionnement de nos services, projets, programmes. Il n’est pas exclu que des mesures de restriction plus sévères soient prises dans les prochains heures, jours et semaines. A ce stade, nous sommes en concertation avec nos partenaires. Il est fort possible que certains projets soient momentanément (de façon partielle ou générale) arrêtés. Cela a des conséquences, notamment l’arrêt des activités et par ricochet arrêt du travail pour plusieurs salariés et bénévoles. L’une des conséquences serait la mise en chômage technique du personnel afin d’éviter les licenciements.

Pour le moment, les autorités n’ont pas exigé un confinement, donc tous les travailleurs doivent faire en sorte qu’ils soient à leurs postes de travail et de rester connectés aux infos de la Direction exécutive.

Par ailleurs, certains de nos partenaires nous ont proposé d’avoir des idées qui puissent nous permettre d’initier des actions dont ils sont prêts à soutenir. Par exemple, l’Association Santé sud est ouverte pour accompagner un projet de lutte contre le coronavirus auprès des bailleurs de fonds potentiels: sensibilisation, formation, petits équipements. L’IMT d’Anvers est prêt à soutenir des initiatives de recherche sur les aspects communautaires de coronavirus : rôle de la première ligne de soins (centres de santé, cabinets médicaux communautaires, agents de santé communautaire). Pour cela, nos partenaires : les ACS et le COMEC-Gui doivent être en premier plan. Les maisons médicales francophones de Belgique, Domus Medica et d’autres acteurs peuvent contribuer à la réflexion mais les premières idées doivent venir du sud.

Donc préparons-nous à toutes les éventualités que peuvent engendrer le coronavirus. Je tiens à rappeler que chacun doit savoir, que le monde sera bouleversé après cette pandémie. Les grandes puissances qui ont l’habitude de soutenir les pays en développement sont aujourd’hui les plus frappés par la maladie et ses conséquences économiques. Quand la pandémie va s’atténuer, ces puissances vont s’occuper tout d’abord de leurs populations et surtout de leurs économies.

Préparons-nous à un éventuel confinement, état d’urgence, couvre-feu… Pour cela, trouvez progressivement des provisions de première nécessité (nourriture, petits médicaments…). Certains magasins commencent à rationner, même avec leurs clients fidèles.

Prions tous Dieu de nous préserver contre cette maladie et ses conséquences médicales, sociales et économiques.

Dans les Centres de santé associatifs de FMG pas de panique, c’est dans ce sens qu’au CSA de Tata 1 avant la survenue de la pandémie, des mesures préventives étaient déjà prises lors des journées « coup de balai » à travers un investissement humain de tous, pour assurer la sécurité des installations, des bureaux et des personnes. Le Comité de Gestion des déchets biomédicaux mis en place assure le nettoyage quotidien et l’élimination régulière des déchets d’activités de soins produits. Des contrôles de température et des seaux avec de l’eau chlorée pour le lavage des mains sont installés à tous les points d’entrée du CSA et à la portée de tous : employés, collaborateurs et visiteurs des locaux.

Tous ensemble, prenons soin de nous, de nos familles, des lieux de travail et des communautés, protégeons dans le respect des consignes de l’OMS et des autorités sanitaires de notre pays, la Guinée.

ça pourrait vous intéresser

FEVE Guinée renforce les capacités de ses prestataires dans la prévention et la prise en charge médicale des cancers du col utérin des groupes vulnérables

Dans le cadre de l’amélioration de la prise en charge des populations clés sur la ...