Accueil / Actualités / Suivi-Evaluation dans FEVE 3 : quels défis ?

Suivi-Evaluation dans FEVE 3 : quels défis ?

Frontières et Vulnérabilités au VIH en Afrique de l’ouest (FEVE) est à sa troisième phase. Projet régional (Guinée, Sénégal, Guinée-Bissau) dès son lancement en 2008 (FEVE1), il s’est progressivement étendu en Afrique de l’Ouest pour couvrir dans sa phase 3 (2016-2020) neuf pays  (Guinée, Guinée Bissau, Burkina Faso, Sénégal, Gambie, Mali, Côte d’ivoire, Cap vert, et Niger). Il est sous la coordination d’ENDA Santé et financé par le gouvernement du Luxembourg. Il se veut un programme dynamique de prévention et de prise en charge des IST/VIH des populations vulnérables. Il s’aligne aux objectifs du plan stratégique régional de lutte contre le sida de la CEDEAO (2016-2020), au document stratégique de l’ONUSIDA (2016-2021) et aux directives nationales de l’élimination du Sida.

Vu l’étendu du projet (9 pays), les cibles (populations moins exposés aux interventions), ses stratégies dans l’offre des services (soins, réduction de l’impact…), la nécessité d’harmoniser les informations à collecter au sein du réseau et le suivi individualisé des bénéficiaires des interventions, un dispositif de suivi-évaluation a été mis en place. Il vise essentiellement à formaliser et à harmoniser les procédures et outils utilisés en matière de Suivi-évaluation du projet. Un logiciel pour la saisie et la conservation des données a été développé. Il permet de réduire considérablement les cas de doublon dans les différents paquets de service offerts aux cibles couvertes.

Les progrès significatifs obtenus suite à la mise en place de ce dispositif ne doivent pas cacher les défis techniques et opérationnels à relever.

Sur le plan technique, le logiciel ne permet pas de faire une analyse holistique de toutes les informations devant aboutir aux renseignements des indicateurs du projet. Pour y arriver, d’autres logiciels sont nécessaires pour pouvoir récolter certaines informations. Le logiciel ne prend pas en compte certains éléments qualitatifs des données du projet, notamment la distinction d’un individu entre les différents onglets de saisies sans qu’il ne soit contact. Il ne permet pas non plus de ressortir certaines activités réalisées par groupes de bénéficiaires, en particulier sur les causeries. Enfin, tous les diagnostics nosologiques ne sont pas exhaustifs dans le logiciel.

Sur le plan opérationnel, le suivi individualisé de la cible reste un défi majeur à raison d’une forte mobilité de la cible. A cela s’ajoute le changement intempestif de l’identité des bénéficiaires par eux-mêmes impactant négativement le suivi individuel au niveau programmatique. L’augmentation erronée de la taille des différents bénéficiaires et la prévalence du VIH au sein du groupe en est un autre défi à relever.

Ainsi, pour améliorer la réponse des interventions de prévention et de prise en charge des IST/VIH auprès des groupes vulnérables, des actions concertées  entre les différents intervenants doivent être soutenues.

 

Daouda Souaré

Chargé de Suivi-évaluation de FEVE-Guinée

ça pourrait vous intéresser

Le quotidien d’un Assistant : Le cas de l’assistante de Programmes de FMG

Le 8 octobre 2018 par note circulaire n° 245/DE/FMG/018, est créé un poste d’assistante des ...